Les 4 caractéristiques d’un mauvais freelance

Il faut une attitude particulière pour noter soigneusement tous les défauts de sa catégorie. Certains pourraient prendre cela pour du pessimisme ou un manque de foi en l’humanité, mais c’est en fait une conséquence naturelle du désir de s’améliorer. Apprendre de ses propres erreurs est essentiel, mais apprendre des erreurs des autres peut être tout aussi utile. C’est pourquoi, après avoir puisé dans une expérience personnelle dans le secteur de l’événementiel pour vous dire tout ce qu’un organisateur d’événements ne doit pas être, voici aujourd’hui le portrait du pire freelance, celui que vous devez vous efforcer de ne pas être ou, si vous êtes de l’autre côté de la barrière, celui que vous ne devez jamais engager.

1. Etre freelancer en solde

Être un freelance est la meilleure position au monde. Bien sûr, il faut avoir la bonne attitude et ne pas être trop attaché à l’idée d’un salaire fixe, mais la gratification directe et l’autonomie de travail n’ont pas de prix. Cela ne signifie pas pour autant que l’aspect économique est totalement négligeable. Le freelance en solde est celui qui a des tarifs exagérément plus bas que les autres freelances du secteur. Il a dépassé le concept de concurrence pour se rapprocher de celui de désespoir, il a demandé un montant ridicule et, qui plus est, il a précisé qu’il était négociable. Le prix est tellement bas que, si ce freelance était une stéréo, il vous serait probablement livré sous la forme d’un carton rempli de briques.

Pourquoi ne pas engager un freelance en solde

En effet, un professionnel qui accorde si peu d’importance à son temps risque fort de ne pas accorder la même importance au soin nécessaire à l’accomplissement du travail. Si des tarifs excessivement bas nécessitent un nombre disproportionné de clients pour accumuler un revenu mensuel décent, vous pouvez être sûr que le travail sera bâclé et bâclé, car le freelance en vente n’a pas le temps de revoir et de corriger le matériel avant de vous le livrer, occupé qu’il est par les rythmes de production d’une usine chinoise.

Pourquoi ne pas être un freelance en solde

Car vous n’attirerez que le genre de clients qui pensent plus à économiser de l’argent qu’à la qualité du travail et qui, par conséquent, ne la respectent pas. La qualité des emplois que vous pourrez vous faire attribuer sera inversement proportionnelle à la quantité (si vous avez de la chance), ce qui vous conduira à passer une grande partie de votre temps à faire un travail peu gratifiant et mal payé, atteignant en peu de temps des niveaux de frustration qui vous feront envier les opérateurs de centres d’appels qui vous appellent le dimanche matin à neuf heures pour vous proposer un nouveau contrat téléphonique.

2. L’omnivore : il accepte n’importe quel travail sans poser de questions

L’omnivore est un proche parent du freelance dans l’ensemble et il n’est pas rare de trouver des professionnels individuels appartenant aux deux catégories. Un free-lance qui ne vous pose pas de questions avant d’accepter une mission a probablement déjà décidé de la manière de faire le travail et ce, avant de vous rencontrer, car il aborde toutes les missions exactement de la même manière. Que vous soyez écrivain, concepteur de sites web ou responsable des médias sociaux, il y a de fortes chances que tous vos travaux soient produits en série et ne se distinguent pas les uns des autres ce qui n’est généralement pas synonyme de qualité.

Pourquoi ne pas engager un omnivore

Parce qu’il ne s’intéresse pas à vos besoins et aura tendance à les ignorer. Le fait de poser des questions et de demander des éclaircissements est un signe d’intérêt et d’attention, ainsi qu’un véritable désir d’obtenir un résultat pleinement satisfaisant qui réponde vraiment aux besoins du client. Ceux qui acceptent n’importe quel travail avant de l’avoir détaillé ont peu de chances de pouvoir maintenir un niveau de qualité constant.

Pourquoi ne pas être omnivore ?

Parce que vous n’êtes pas omniscient : personne n’est expert en tout. Souvent, surtout au début de votre carrière de freelance, vous craignez que le fait de poser trop de questions ou de demander des précisions soit considéré comme un signe de pédanterie ou de manque d’expertise. Si un client est contrarié parce que vous lui avez demandé de développer un point du dossier avant d’accepter le travail, il n’est probablement pas le client qu’il vous faut. Il vaut mieux passer quelques courriels supplémentaires pour avoir une idée claire de ce que l’on vous demande que de se rendre compte à mi-chemin, peut-être après avoir reçu une partie du paiement, que vous n’êtes pas en mesure de terminer le travail. Et il vaut mieux avoir la réputation du perfectionniste pointilleux que celle de l’amateur peu fiable.

3. L’informel : peur des contrats, des engagements et des signatures

Il n’a pas de position fiscale définie, ou peut-être qu’il en a une, on ne le sait pas, en tout cas le comptable lui a dit de ne pas trop facturer ou de demander à un ami de le faire. De toute façon, l’informel n’a pas besoin d’une lettre de mission ou d’un contrat : nous sommes entre gens civilisés, vous pensez qu’une poignée de main ne suffit pas ? Non, ce n’est pas suffisant. Celui qui n’est pas capable ou n’a pas l’intention de garantir une prestation de travail régulière n’est pas un freelance, c’est quelqu’un qui a un hobby et qui essaie d’être payé sans trop d’efforts.

Pourquoi ne pas engager un informateur

Car si vous ne prenez pas au sérieux la garantie d’être payé, vous ne prendrez pas non plus le travail au sérieux. Un contrat, par définition, protège les deux parties et, en l’absence de cette protection, l’informel peut vous laisser en plan parce qu’il a décidé qu’il avait besoin d’aller se retrouver à Ibiza. Bien sûr, dans ce cas, vous ruinerez sa réputation en décourageant tous vos collègues et connaissances de l’embaucher, mais s’il ne se soucie pas du rendement économique, pensez-vous qu’il puisse se soucier de la bonne réputation ?

Pourquoi ne pas être un informel

Parce que c’est le meilleur moyen de travailler gratuitement. Vous n’êtes peut-être pas le genre de personne qui abandonne son client pour aller cultiver sa spiritualité dans les îles Baléares, mais vous ne pouvez pas être sûr que le client n’a pas l’intention de faire livrer le travail et d’oublier soudainement de répondre au téléphone. En Italie notamment, depuis plusieurs années, la crainte est largement répandue que demander à être protégé, à avoir des engagements écrits et à facturer régulièrement ses services équivaut à être considéré comme “difficile”, l’alternative étant d’être considéré comme “facile” à exploiter.

4. Le compagnon : il veut être votre nouveau meilleur ami

Dès la première rencontre, vous vous rendez compte que vous en savez trop sur lui ou elle. Il ou elle utilise votre prénom à chaque occasion parce qu’il ou elle l’a lu dans un manuel américain sur la construction de la réussite personnelle. Il vous a parlé de sa journée, en mentionnant ses engagements familiaux, ses relations, ses enfants, ses animaux de compagnie, ses loisirs et ses sports. Elle a surtout essayé d’identifier des points communs et des intérêts qui n’avaient aucun lien avec ses activités professionnelles. Si la collaboration se poursuit, le temps passé à parler de ces sujets augmentera progressivement jusqu’à ce que la discussion sur le travail réel soit reléguée aux cinq dernières minutes de la réunion.

Pourquoi ne pas engager un copain

Car la simulation d’une relation humaine, qui ne peut évidemment pas germer en cinq minutes, finira inévitablement par polluer la relation professionnelle. Si, au départ, vous pouvez tirer de ce type de relation un sentiment de familiarité détendue, vous en verrez les effets négatifs lorsque vous devrez exprimer un grief ou déclarer que vous n’êtes pas entièrement satisfait du travail effectué, demander une modification du matériel déjà livré ou négocier un honoraire. Tous ces aspects de la relation professionnelle seront pour le moins embarrassants si vous avez permis à votre compagnon de partager avec vous des détails de sa vie privée ou, pire, si vous avez joué le jeu en partageant des éléments de la vôtre.

Pourquoi ne pas être un camarade

Parce que, tout simplement, c’est une option indigne et, surtout, c’est une arme à double tranchant. Je ne dis pas qu’il faut suivre une étiquette du XIXe siècle et s’appeler “vous”, mais il est bon de se rappeler que le client et l’ami sont deux personnages très différents. Se sentir libre de critiquer est fondamental tant pour le freelance que pour le client, et se plaindre d’un retard de paiement peut être très difficile si vous avez créé une relation de (fausse) confiance.

Vous lancez une nouvelle entreprise ? Faites passer le mot en organisant un événement promotionnel.