Quelles sont les raisons pour lesquelles 90% des startups échouent ?

On se souviendra probablement des Millennials comme de la “génération startup”. Ceux qui sont nés dans les vingt dernières années du siècle dernier (cela semble terrible, mais il est temps de commencer à l’accepter), se souviendront d’autres mots clés, qui ont marqué quelques années ou quelques années, promettant des carrières fulgurantes et alimentant la production de mauvais films avec des trentenaires en costume buvant des cocktails au bord de la piscine et décrétant la fermeture d’entreprises en Asie grâce à des téléphones portables de la taille d’un four à micro-ondes. Avant les startups, par exemple, il y a eu la bulle technologique, l’apogée du “.com” et une multitude d’autres modes qui suivaient toujours le même modèle. Une poignée d’entrepreneurs se sont lancés dans des activités productives liées à des technologies nouvellement découvertes ou exploitant des modes de vie relativement récents, ont connu un succès énorme compte tenu de l’absence absolue de concurrence, ont produit une nouvelle petite génération de milliardaires et quelques biographies intéressantes qui seront interprétées par des stars hollywoodiennes considérablement plus attrayantes que les originaux. Elle est suivie par des milliers de personnes plus ou moins normales qui, après avoir vu les films et lu quelques articles sur le style de vie, pensent avoir trouvé le chemin le plus court vers le paradis métaphorique et fiscal, mais qui, ne possédant absolument pas les caractéristiques nécessaires pour suivre cette voie, échouent lamentablement et passent les décennies suivantes à déclarer, sans être écoutés, qu’il s’agissait d’un canular depuis le début.

Le “récit” du startupper (un peu comme la fâcheuse habitude d’utiliser le terme “récit” pour ce qui, jusqu’à récemment, était appelé “imaginaire”) est fortement lié à la réalité américaine, mais il a été converti avec succès également dans le reste du monde, notamment en Europe centrale. Promenez-vous dans Berlin : la moitié des personnes que vous rencontrerez ont une startup, travaillent pour une startup, essaient de lancer une startup, viennent de vendre leur startup et mènent une vie merveilleuse, travaillant dans des espaces partagés devant d’énormes frappuccinos et rencontrant des financiers multimilliardaires désireux d’alléger leur portefeuille en faveur d’un jeune espoir sud-européen à la moustache de colonel prussien. Le plus difficile, dans ces contextes, est de rencontrer deux fois la même personne. Ce que le “récit” omet régulièrement de “raconter”, en fait, c’est que 90% des startups échouent au cours des trois premières années d’activité. La triste nouvelle est racontée par des sources qui s’intéressent davantage aux données statistiques qu’aux articles d’opinion, comme Forbes. Quelles sont les causes de ce carnage de jeunes créatifs ayant des ambitions entrepreneuriales ? Voici une analyse des 5 causes d’échec les plus courantes.

1. L’offre en l’absence de la demande.

De nombreuses startups échouent parce qu’elles proposent simplement des produits et des services qui n’ont pas de marché. L’attrait de Steve Jobs a causé des dommages irréparables, surtout s’il est associé à la déclaration selon laquelle “les gens ne savent souvent pas ce dont ils ont besoin jusqu’à ce que vous leur montriez”. Il n’y a rien de mal à admirer un entrepreneur qui réussit, mais il est terriblement naïf de penser qu’avant de lancer les produits Apple qui ont révolutionné l’électronique grand public, le porteur de pull à col roulé le plus célèbre de l’histoire n’a pas investi des sommes considérables dans des études de marché. Tomber amoureux d’une idée et supposer que le reste du monde fera de même est une erreur de débutant, mais créer une entreprise et investir de l’argent (le sien ou celui des autres) avant d’avoir vérifié l’existence réelle d’une clientèle potentielle dénote un manque d’intelligence, plus encore que la naïveté. Mais la faute, même ici, incombe au “récit”, qui a conduit les moins perspicaces à croire que la vie d’un entrepreneur est une série de réunions dans des restaurants de luxe. Le revers de la médaille, comme dans toute chose, est que vous devez “faire vos devoirs”. Ceux qui sont capables d’assumer les aspects les plus fastidieux et les plus frustrants du travail – comme la commande, l’analyse ou la réalisation d’études de marché – ont tout ce qu’il faut pour faire une carrière d’entrepreneur.

2. La startup est comme un requin….

… s’il n’avance pas continuellement, il meurt. La croissance est la seule condition possible pour une startup, dont l’objectif doit être de devenir une entreprise établie. La croissance constante n’est pas facile à gérer et exige des compétences de gestion et une endurance (souvent physique) hors du commun. Se développer lentement, construire et fidéliser une clientèle au fil du temps, procéder par essais et erreurs et augmenter progressivement les marges bénéficiaires sont autant de pratiques qui ne sont pas adaptées au parcours d’une startup. La croissance doit être exponentielle, car une croissance exponentielle suscite l’intérêt des investisseurs. Les investissements, une fois obtenus, susciteront de nouvelles attentes de croissance, perpétuant ce processus jusqu’au point où la startup, en théorie, peut être transformée en société ou vendue à profit à une plus grande entreprise. Si cette spirale cesse d’aller vers le haut, elle s’effondrera irrémédiablement et de façon ruineuse vers le bas.

3. L’illusion de la chaîne de montage

Ford n’avait pas de startup, et le modèle de la chaîne de montage, que beaucoup trouvent rassurant, n’est pas adapté à ce type d’entreprise. La division du travail par spécialisation est importante, mais elle ne doit pas être trop rigide. Le PDG, en particulier, ne peut se permettre d’ignorer un quelconque aspect des processus de gestion et de production. L’expression “pas mon problème”, suivie du geste réel ou métaphorique consistant à fermer une porte derrière soi et à se consacrer exclusivement à sa partie du travail, ne devrait pas figurer dans le vocabulaire d’un startupper. Une structure organique et flexible est le seul moyen de gérer une charge de travail et des responsabilités qui seraient franchement inacceptables dans une entreprise normale. Le startupper ne travaille pas pour vivre, il vit pour travailler. En ce sens, être fortement passionné par ce que l’on fait permet d’arriver au moins à la fin de la première année avec un semblant d’équilibre mental. Toute l’équipe doit être composée de personnes qui, en plus d’exceller dans leurs compétences spécifiques, sont également capables de considérer l’ensemble du travail, de se soutenir mutuellement et de suivre une croissance vertigineuse.

4. Une bonne idée ne sert à rien….

… sans plan. La capacité à planifier avec précision et sur le long terme est essentielle au succès de toute entreprise, et les start-ups ne font pas exception. L’élaboration d’un bon plan d’affaires est à la fois un art et une science exacte et reflète le niveau de conscience d’une personne sur le point de se lancer dans une entreprise. Un bon plan d’affaires doit contenir une description claire et efficace de l’idée principale et une planification détaillée de toutes les étapes de la mise en œuvre pratique, avec les coûts et les objectifs correspondants à court, moyen et long terme. Cette phase de préparation a une utilité objective et pratique, mais elle s’avère également être un outil essentiel d’évaluation personnelle, qui vous permet de comprendre si vous êtes sur la bonne voie. Si vous trouvez qu’il est insupportablement frustrant de décrire en détail chaque phase de votre activité pour les années à venir, si vous n’arrivez pas à vous faire une idée précise des modalités et des moments de l’évolution de votre startup ou des objectifs que vous voulez atteindre aux différents moments de cette évolution, oubliez cela : il est encore temps. Se mettre au travail avant d’avoir terminé la phase de conception équivaut à planifier son propre échec.

5. Le syndrome de l’île déserte

Parmi les erreurs les plus courantes commises par les nouveaux entrepreneurs figure la tendance à croire que son idée est unique, merveilleuse, brillante et non reproductible : depuis l’inventeur de la roue, aucun startupper n’a pu légitimement se prévaloir de cette notion (et il est probable qu’au bout d’un certain temps, il se sera lui aussi heurté à la concurrence). Enregistrer la présence d’une demande ou même (ce qui est plus unique que rare) d’une niche de marché totalement non couverte ne suffit pas à garantir à votre produit l’espace dont il a besoin pour se développer. Le suivi de la concurrence est un exercice constant, qui doit influencer la gestion du projet. À tout moment, il est nécessaire d’avoir une idée claire du scénario dans lequel on évolue et des différents acteurs qui le peuplent, des résultats que ces acteurs obtiennent et des choix commerciaux et promotionnels qu’ils font. Les données ainsi recueillies doivent être analysées et constamment intégrées dans la définition de ses stratégies. Sinon, sa propre startup sera condamnée à un rôle que personne ne voudra jamais jouer : celui du concurrent qui, analysé de l’extérieur, ne représente aucun danger pour personne.