Le chat – Traditions, Cultes, Symboles, Mythologies.

Depuis l’Antiquité, les chats sont les protagonistes de mythes et de légendes dans le monde entier. Ce lien ésotérique, tant sous l’aspect mythologico-religieux que folklorique, a toujours caractérisé la relation entre l’homme et le chat, essentiellement considéré comme un animal doté d’un charme mystérieux, de pouvoirs magiques ou de qualités surnaturelles.

Chat dans l’Égypte antique

C’est en Egypte que sont nés les premiers termes utilisés pour désigner le chat : Myeou, onomatopée, désigne le chat mâle ; tandis que l’origine de Techau, chat, nom gravé sur la base des petites statues funéraires placées dans les tombes féminines, est inconnue.

A partir de ce dernier terme, les Coptes ont appelé le chat Chau, conservé dans le terme approprié pour désigner le chat sauvage d’Egypte et d’Asie (Chaus).

Au cinquième siècle avant J.-C., Hérodote a fait la connaissance de ce félin et lui a donné le nom d’Ailouros (“à la queue mobile”), un terme qui a rapidement été remplacé par Gale, un mot grec utilisé à l’origine pour la belette (plus tard, on a utilisé kàttos).

Dans la Rome antique, le chat sauvage était appelé Felis, d’où nous tirons nos félins, félidés, etc.

À partir du IVe siècle de notre ère, le terme Cattus apparaît, vraisemblablement de dérivation africaine (cf. le kadis nubien) ou celto-germanique (dans les idiomes duquel il est diversement reproduit, par exemple : chat irlandais, vieux allemand chazza, vieux scandinave kötr). Une possible origine sémitique du mot pourrait être attestée par un ouvrage arménien du cinquième siècle, dans lequel on trouve catu, assorti du syrien gatô.

Cattus sera à l’origine du nom du chat dans la plupart des langues européennes (anglais cat, allemand katz, néerlandais kat, espagnol et portugais gato, français chat, russe kochka).

En Afrique, pour désigner le chat, sont encore utilisés principalement des termes onomatopéiques (par exemple en Somalie il est appelé Muculel).

Une curiosité : le mot “cathare” apparaît pour la première fois entre 1152 et 1156 dans les “Sermones adversus Catharorum errores” d’Ecbert de Schonau (où il écrit “Catharos, id est Puros”, c’est-à-dire “Les Cathares, c’est-à-dire les Purs”). Le frère Alano di Lilla, à la fin du siècle, leur a donné une étymologie désobligeante : “Dicuntur Catari a cato”, “ils sont appelés Catari par le chat”, car ils étaient, selon la croyance populaire, utilisés pour embrasser le dos d’un félin, symbole du diable, dans leurs rites secrets.

Pourquoi les chats comme divinités égyptiennes ?

Il semble que les Égyptiens aient été les premiers à domestiquer les chats, il y a environ 4 500-4 000 ans, bien que dans une première phase le chat domestique n’existait pas, mais ce félin était seulement adoré comme une véritable divinité.

Les premiers témoignages, remontant à l’Ancien Empire, se trouvent dans le “Livre des morts”, où le chat, substantiellement identifié au lion, combat Apophis, le python des marais, symbole des forces du mal, lorsqu’il attaque la terre pendant la nuit. Les yeux des félins, retenant les rayons de la lumière du soleil (d’où découlerait la possibilité de voir dans l’obscurité et leur couleur réfractive dans le noir), effrayaient, en effet, de leur regard ardent, les méchants serpents et les ennemis de Râ, sauvant ainsi le monde. Sekhmet elle-même, déesse de la guerre liée à Rê, est représentée comme une femme à tête de lion.

Parmi les divinités égyptiennes, on trouve Myeou (terme évidemment onomatopéique signifiant ” chat “), personnification de Rê sous la forme d’un félin ; Tefnout, déesse à tête de lion, dont le nom signifie ” humidité “, l’une des forces originelles de la création ; Mafdet, déesse qui assure le succès des rituels de guérison et de protection. On a notamment retrouvé une incantation contre les serpents, dans laquelle Mafdet était invoqué avec ces mots : “Ô Cobra, je suis la flamme qui brille sur les cils des dieux du Chaos : éloigne-toi de moi, car je suis Mafdet !”.

Cependant, le chat était principalement lié à la déesse Bast (ou Bastet). Bast, protectrice des chats et de ceux qui s’en occupent, était une déesse puissante, liée à Rê, symbole de la féminité, de la sensibilité et de la magie ; elle protégeait également les enfants, l’amour, la fertilité, la famille et le foyer. Son culte était centré sur la ville de Bubastis (appelée “Per-Bast” ou “Maison de Bast”), où se dressait son temple, qu’Hérodote compte parmi les plus magnifiques, et dans la nécropole duquel on a retrouvé des centaines de momies de chats. Bast elle-même était représentée sous la forme d’un chat ou d’une femme à tête de chat ; de plus, on croyait qu’elle conduisait un char tiré par eux.

Comme toutes les divinités égyptiennes, Bast cachait aussi un côté plus sombre. On se souvient, à cet égard, d’une légende concernant la recherche du Livre de Thot, dans laquelle une prêtresse de Bast, après avoir séduit le prince Setna, lui dit : “Réjouis-toi, mon doux Seigneur, car je vais devenir ta femme. Mais rappelez-vous que je ne suis pas une femme ordinaire, mais la fille de Bastet la belle – et je n’accepte aucune rivale. Par conséquent, avant de m’épouser, tu devras divorcer de ta femme actuelle et publier un édit selon lequel tu me remettras officiellement tes enfants en sacrifice à Bastet, car je ne pourrais pas tolérer qu’ils vivent et puissent nuire à nos enfants à l’avenir.”

La beauté divine des chats

De là, la croyance féminine égyptienne que la beauté des chats était divine, idéale, fatale, à tel point que les femmes portaient un maquillage accentuant les détails typiquement félins, notamment la forme des yeux, pour accentuer l’air mystérieux.

Il était de coutume de consacrer les enfants à Bastet, en faisant une petite entaille sur le bras et en mélangeant le sang qui coulait avec celui d’un félin. Un homme qui tuait un chat, même par hasard, était exécuté à mort et lorsqu’un chat mourait, les propriétaires avaient l’habitude de se raser les sourcils et la tête en signe de deuil. Le chat, dont la pupille subit des variations qui rappellent les phases de la lune, était comparé au sphinx pour sa nature secrète et mystérieuse et pour sa sensibilité aux manifestations magnétiques et électriques. De plus, sa position habituelle recroquevillée et sa capacité à dormir pendant des jours en faisaient, aux yeux des hiérophantes, l’image de la méditation, exhibée en exemple aux candidats à l’initiation rituelle. Il a été affirmé, finalement, que le chat possédait neuf âmes, et jouissait de neuf vies successives.

Enfin, il semble que, si le chat était sacré pour le Soleil et pour Osiris, le chat était sacré pour la Lune et pour Isis.

Par l’Égypte, le chat a atteint les pays arabes, où notre félin a été rapidement pris en sympathie et sa renommée a rapidement égalé celle du cheval, autre animal sacré.

Ce que raconte la légende 

La légende raconte que le chat de Mahomet, Muezza, s’est endormi sur la manche de l’une des robes de son maître. Quand Mahomet a dû partir, ne voulant pas la déranger, il a préféré couper la manche de la robe. À son retour, Muezza s’inclina en signe de gratitude devant le Prophète, qui lui donna trois caresses sur le dos (selon certaines légendes, ce geste permet au chat d’atterrir sain et sauf en tombant d’en haut sur ses pattes ; le chiffre trois a une signification importante car, dans la mythologie, le “trois fois trois” – c’est-à-dire neuf – symbolise l’infini, donnant ainsi au chat les fameuses neuf vies).

Dans la mythologie nordique, on trouve Freya, dont le nom signifie simplement “la Dame”, déesse de l’amour et de la beauté. Elle était invoquée pour des sorts d’amour ou de passion, et était liée à l’intuition et à la divination. Elle était également la patronne de la guerre et de la mort : après chaque bataille, Freya et Odin se consacraient à la collecte des âmes des morts et ceux qui étaient choisis par Freya étaient emmenés dans sa demeure éternelle, où ils participaient à des fêtes animées par la musique, les arts et l’amour. Parmi ses animaux totémiques, on trouve, entre autres, des chats : elle possède deux chats ailés qui tirent son char de bouleau, dont on dit qu’ils se libèrent et se transforment en sorcières au bout de sept ans (on croyait donc, parmi les populations nordiques, que les sorcières et les magiciens avaient le don de se transformer en chats).

La déesse latine Diane

Les Étrusques et les Romains connaissaient également le chat, dont ils appréciaient les services tant comme animal de travail (pour éradiquer les souris) que comme compagnon.

La déesse latine Diane, associée à la lune, à la féminité et à la magie, protégeait la grossesse et entretenait une relation privilégiée avec la nature, les bois, les animaux et les plantes. Afin de séduire son frère Apollon et de concevoir un fils, elle prit la forme d’un chat.

Les Grecs, au contraire, ont ignoré les chats. Pour chasser les rats de leurs maisons, ils utilisaient des belettes et des colombes.

Les chats et les autres

D’autres cultures ont également connu le chat et sa déification : en Inde, il y avait la déesse Shasti, divinité féline symbole de fertilité et de maternité ; en Russie, Domovoj était le protecteur de la maison et de ceux qui y vivent et pouvait prendre la forme d’un chat ; Tjilpa était le totem ancestral australien sous la forme d’un homme-chat ; Para était un ancien esprit domestique du folklore finlandais, qui pouvait également apparaître sous l’apparence d’un félin.

Chine

Autres exemples : en Chine, le chat était considéré comme bénéfique et était mimé dans les danses agraires (Granet) ; les Nias de Sumatra croient que le chat aide à jeter les âmes coupables dans les eaux infernales ; pour les Amérindiens, le chat sauvage était le symbole de la dextérité, de la réflexion, de l’ingéniosité, de la capacité d’observation et de la ruse.

Région orientale

Dans la région orientale, on dit que le temple khmer du Myanmar abritait une énorme population de chats sacrés. Lors d’un assaut contre ce même temple, le grand prêtre a été mortellement blessé et son fidèle chat s’est pelotonné sur lui, tournant son regard vers la divinité du temple. Ce faisant, son pelage est devenu doré et ses yeux bleus, tandis que lorsqu’il s’est tourné vers la porte du temple, ses pattes sont devenues brunes, à l’exception des pattes arrière, toujours posées sur son maître mourant, qui sont restées blanches. Guidés par le regard du chat vers les portes du temple, les moines se sont empressés de les fermer, se préservant ainsi du pillage et de la destruction. Le chat n’abandonna pas son maître et mourut sept jours après lui ; lorsque les moines se réunirent pour élire le nouveau successeur du prêtre, ils virent venir tous les chats du temple, transformés à la ressemblance de Sinh, le félin du prêtre mort.

Culture celtique

Dans la culture celtique, le chat n’avait généralement pas une très bonne réputation et on le croyait toujours lié aux pouvoirs ctoniques et infernaux, ainsi qu’à une créature prophétique.

Un récit épique des Celtes décrit les exploits du roi irlandais Cairpre ou Carbar appelé “Tête de chat”. D’autres légendes irlandaises parlent d’une île habitée par des hommes à tête de chat et des guerriers qui faisaient peur à leurs ennemis en portant des casques recouverts de fourrure de chats sauvages. Les hommes-chats, une tribu de Pictes connue sous le nom de Kati, vivaient à Caithness, le promontoire des chats, et le Sutherland en gaélique est Cataobh – le pays des chats.

Il y a aussi une histoire sur les aventures de Maeldune, fils d’une reine d’Irlande et chat gardien de grandes richesses. Après un voyage en mer, le protagoniste arrive avec trois compagnons sur une île où se trouve un château rempli de fabuleux trésors, apparemment abandonné : en garde à vue, il n’y a qu’un chaton apparemment inoffensif. Trouvant une grande table dressée, Maeldune demande au chat la permission de manger. Après les avoir observés en silence pendant un moment, le félin retourne à ses jeux. Les jeunes, rassurés, se mettent à table et festoient. Avant de partir, cependant, malgré les avertissements de Maeldune, un compagnon ne peut résister à la tentation de voler un collier du trésor. Aussitôt, le chat se transforme en une créature flamboyante qui lance un regard de feu au voleur, l’électrocutant instantanément et le réduisant en un tas de cendres.

Tradition galloise

La tradition galloise parle d’un grand chat appelé Cath Palug, “le chat qui attrape avec ses griffes”. La légende raconte que ce félin gigantesque et monstrueux est né de la truie ensorcelée Henwen, dont le nom signifie “Blanche et vieille”. Abandonné par sa mère, puis jeté à la mer par le porcher, le félin a malheureusement été sauvé par les fils de Palug et élevé sans précaution sur l’île d’Anglesey. Plus tard, Cat Palug s’est révélé être un terrible monstre, causant des dégâts et la ruine de tous les habitants de l’île.

Italie

En Italie, on trouve des traces arthuriennes originales dans les témoignages architecturaux (tous curieusement antérieurs aux œuvres de Geoffrey et de Chrétien). Dans la mosaïque de sol de la cathédrale d’Otrante, réalisée par le prêtre Pantaleone en 1165, “Rex Arturius” chevauche un animal ressemblant à une chèvre et affronte un chat géant. La présence de cet animal est particulièrement intéressante, car elle prouve que les mythes celtiques se sont répandus même dans l’extrême sud de l’Europe : la créature, en effet, est liée au “Cath Palug”. L’histoire du combat entre la bête et le roi Arthur est également connue en France, où le félin est appelé Capalu et aurait été tué près du lac du Bourget, dans les Alpes.

Celtes français

Chez les Celtes français, au contraire, les chats n’étaient pas aimés, car ils étaient considérés comme l’incarnation des forces du mal ; leurs yeux changeants étaient considérés comme le symbole de la fausseté, de l’hypocrisie et de la méchanceté, il était donc habituel que les cérémonies de purification se terminent par le sacrifice d’un chat.

Il n’existe aucune source écrite ou découverte archéologique permettant d’avancer une déification du chat par les Celtes, bien que certains spécialistes soutiennent un lien entre le chat et la Déesse Mère des Druides, mais en tant que “créature” de la Déesse, jamais en tant que Dieu ou Déesse en soi.

Rituel en Écosse

Le rituel suivant était en usage en Écosse : un chat vivant était torturé, rôti à la broche, jusqu’à ce que d’autres chats apparaissent pour donner l’information qui sauverait leur congénère, ou jusqu’à ce que le roi des chats lui-même (en particulier ceux identifiés comme “chats magiques”), Cath Sith, apparaisse pour répondre.

Cette coutume n’est pas certaine et ne fait pas l’objet d’un témoignage suffisamment fiable, car elle a été rapportée par des prêtres à une époque qui les voyait déjà comme une personnification démoniaque.

À cet égard, nous rappelons le dicton irlandais traditionnel “God save all but cats” et le fait qu’il était considéré comme malchanceux de voir un chat le premier jour de l’année, à moins de s’appeler MacIntosh ou d’appartenir au clan Cattan (dont le capitaine était le Gros Chat).

Plusieurs clans écossais possèdent cependant le chat comme animal totémique (les MacIntosh, MacNeishe et MacNicol le chat domestique, les Mac Brain le chat sauvage).

Une période très sombre et superstitieuse pour ces félins a été le Moyen Âge, durant lequel ils ont été soumis à d’atroces tortures. Bien que cette attitude à l’égard des chats ait commencé au 10e siècle, le dernier chat exécuté en Angleterre pour sorcellerie est mort en 1712.

Déjà dans l’opinion des gnostiques, le chat était lié aux aspects diaboliques de la féminité.

On se souvient, en ce sens, que la pure et rebelle Lilith, l’incontrôlable, l’imprévisible, la vierge sauvage, souveraine des ombres, a choisi pour compagnon l’esprit même de la nuit et du mystère : le chat.

Que voient les chrétiens à travers les chats ?

Les chrétiens ont toujours vu ce félin sous un mauvais jour, l’accusant d’apporter avec lui tous les maux possibles. De plus, le chat a très vite été associé à la sorcellerie : les sorcières aimaient se transformer en animaux, en particulier en chats ; une femme qui vivait avec de nombreux chats (que l’on croyait envoyés par le diable lui-même pour l’aider dans ses sortilèges) était montrée du doigt comme étant une sorcière.

À cette époque d’obscurantisme, les chats noirs étaient particulièrement visés. Le pape Grégoire IX a déclaré que les chats noirs étaient la progéniture de Satan dans sa bulle papale de 1233, par laquelle il a commencé une véritable extermination de ces créatures, qui étaient torturées et brûlées vives afin de chasser le diable.

Aujourd’hui, le chat a été réhabilité et est considéré comme l’un des meilleurs animaux de compagnie.

En outre, ces dernières années, plusieurs études et expériences scientifiques ont été menées pour démontrer que le chat est réellement un animal doté de capacités extra-sensorielles extraordinaires (par exemple, capable de percevoir la mort imminente de son propriétaire ou s’il est en danger, d’exercer la télépathie, de prédire les tremblements de terre, les tempêtes et autres événements catastrophiques bien avant qu’ils n’aient lieu, la prescience, la capacité de percevoir des forces surnaturelles et de “voir” les esprits des morts).