Les origines de la dentelle : Italie, lieux mystérieux

La dentelle à l’aiguille est née à Venise dans la seconde moitié du XVe siècle parmi les femmes de la noblesse qui exprimaient ainsi leur créativité ; en fait, le premier document mentionnant le “point d’aire” remonte à cette époque. La broderie nécessite un dessin sur papier, qui est placé sur le tissu et dont les contours sont passés au point de filza double. Inutile de dire que cet “ourdissage” était autrefois fait à la main, il est maintenant fait à la machine, car lorsque le travail est terminé, il est éliminé. Sur le support papier, le travail commence, en tendant le fil entre l’ourdissage et en réalisant le point de boutonnière. Ensuite, vous travaillez sur les connexions qui lient et remplissent les espaces entre les formes. Le “point de Venise” est appelé ainsi car il rappelle les ponts de la ville. L’œuvre est ensuite délimitée par le relief, c’est-à-dire qu’un fil plus épais est fixé par de minuscules points tout autour des contours du dessin. A certains endroits de la dentelle, des festons peuvent être réalisés. Enfin, l’ouvrage est retiré en coupant le fil de chaîne entre le papier et le tissu, la dentelle est nettoyée des fils restants et, si nécessaire, les pièces réalisées séparément sont assemblées.

La demande de dentelle vaporeuse a conduit à la transformation de la dentelle à l’aiguille, qui a abandonné les grands reliefs pour un filet à fond clair, appelée plus tard dentelle de Burano, pour la distinguer de la dentelle vénitienne classique. Le “point de Burano” est en fait un filet fabriqué avec un fil très fin qui ressemble à un filet de pêcheur, et l’île a été l’un de ses centres de diffusion.

Au XVIe et au début du XVIIe siècle, de nombreux graveurs célèbres ont publié à Venise des “livres de dessins pour la dentelle”.

À la fin du XVIe siècle, la dentelle est devenue un accessoire de mode très important et c’est ainsi qu’a débuté une production d’une ampleur considérable à Burano. Venise exporte dans toute l’Europe et reçoit également des commandes du roi de France, Louis XIV, à tel point que pour son couronnement, il arborait un collier en dentelle original et précieux qui se détachait de son manteau, réalisé par d’habiles dentellières de Burano en deux ans de travail patient.

Dans le dernier quart du XVIIIe siècle, pendant la période de décadence politique et de crise économique, la dentelle redevient une occupation domestique. En tout cas, l’art s’était répandu des femmes nobles qui travaillaient sur leurs trousseaux, aux jeunes filles élevées dans les diverses institutions charitables, qui gagnaient leur vie grâce à ce travail.

Si les premiers étaient de véritables virtuoses de l’aiguille, dans les instituts se répandait la dentelle aux fuseaux, plus rapide, qui était arrivée en Italie vers le début de 1400, probablement de Grande Grèce et d’Asie Mineure, et qui s’est développée dans de nombreuses villes, évoluant en différents styles et modèles qui caractérisent encore les différents procédés comme : Milan, Gênes, Cantù et Venise, avec l’île de Pellestrina et la proche Chioggia. Le célèbre “Baruffe Chiozzotte” de Goldoni s’ouvre sur un champ où les femmes, en attendant leurs maris pêcheurs, travaillent avec la dentelle aux fuseaux … la dentelle aux fuseaux sur l’île de Pellestrina a été documentée depuis le milieu du XVIe siècle, devenant un peu “la caractéristique, comme la dentelle à l’aiguille a été la spécialisation de Burano et il faut dire que si dans la ville la dentelle est un luxe, sur les îles devient rapidement un bon soutien pour la famille face à l’imprévisibilité de la mer.

Cette dentelle se caractérise par la torsion sinueuse d’un ruban continu, compact, parfois perforé, avec des éléments floraux stylisés, semblables à un filigrane : la “bisetta” dans le jargon. Le ruban ne repose sur le dessin que dans les points où un clin d’œil est marqué, dans les autres il se tient tout seul, et il est comme une tresse de dix ou douze fils soutenue dans les tours rapides par un fil qui le contraint intérieurement, tandis qu’extérieurement il se développe, se dilatant selon la loi naturelle. Le travail est dense, de nature à copier le point plat le plus célèbre de la dentelle à l’aiguille, fixé au dessin que rarement, tandis que les barres à deux fils reliaient les volutes. Les éléments décoratifs ont été réalisés sans interrompre la “bisette” : avec quelques fils du ruban lui-même, le motif a été esquissé puis complété en revenant en arrière et en poursuivant le travail du ruban.

Aujourd’hui, la technique est restée presque inchangée, bien qu’avec de nouvelles solutions et astuces.

Au cours du XVIe siècle, elle s’est ensuite répandue dans toute l’Europe, contrastant à certains égards avec la broderie à l’aiguille plus difficile, jusqu’à ce que la dentelle aux fuseaux devienne progressivement un signe de distinction et un symbole de richesse et de pouvoir : cols, manchettes, bonnets, mouchoirs et parfois même des robes entières étaient réalisés en dentelle, un ornement qui donnait de la légèreté même aux modèles les plus exigeants.

En particulier, les deux livres “Le Pompe” sont la première publication vénitienne consacrée exclusivement aux fuseaux et dans laquelle l’auteur démontre une bonne connaissance de la technique, sans donner d’explications pour l’exécution, car il s’adresse probablement à des dentellières expertes.

La canette, modeste et timide mais distinguée, n’a jamais prévalu dans les travaux d’aiguille, se différenciant aussi par le prix, toujours moins cher parce qu’elle est réalisée avec beaucoup de fils et donc considérée comme moins laborieuse. Il y a une période (au XVIIe siècle) où il se développe en beauté, vaporosité, préciosité et virtuosité, jusqu’à 1500 bobines sont utilisées pour faire des cols, il passe de la simple bordure pour les chemises et les tabliers à d’importantes décorations sur les draps, les rideaux et les nappes.

Il atteint son apogée lorsqu’il devient un symbole de prestige social, que la production augmente et que la Flandre fabrique des produits d’excellente qualité en si grandes quantités pour l’exportation.

Venise a une attitude ambiguë envers la dentelle, c’est le moins que l’on puisse dire : Parfois, elles sont considérées comme un luxe superflu et même l’importation de coton est limitée, à tel point que les plus passionnées apprennent à travailler correctement les cheveux blanchis, puis lorsque dans les manufactures royales françaises le “Punto in aria” (point typique de la dentelle de Burano) est travaillé sous la direction de Sœur Maria Colbert, nièce du ministre, et grâce à Catherine de Médicis et au ministre Colbert, quelques dentellières de Burano se sont déplacées en France et en quelques années, elles sont devenues environ 200 et ont exporté leur art, on s’est rendu compte qu’elles avaient perdu une importante source de revenus et des lois particulièrement sévères ont été émises contre l’émigration, ainsi que contre l’importation de dentelles françaises et flamandes, tandis que la dentelle sur les vêtements et le linge était à nouveau interdite, sans faire aucune distinction entre celle produite localement et celle achetée … Quoi qu’il en soit, vous êtes dans la seconde moitié du XVIIe siècle et la dentelle aux fuseaux se porte bien, même si c’est toujours après la dentelle à l’aiguille, et fait l’envie du monde entier.

Malgré cela, le point français n’a jamais réussi à égaler le point vénitien. Les Vénitiens avaient fait de la dentelle un art, les Français une industrie.

Comme de nombreux autres produits français, la dentelle était protégée par de forts droits de douane, de sorte que l’exportation de la dentelle de Burano vers la France a subi un certain préjudice. Mais même avec les droits français, l’art a continué à s’épanouir.

Afin d’empêcher l’introduction et la vente de “dentelle de soie noire et blanche à l’usage des Flandres”, la dentelle a été marquée d’un sceau d’usine pour garantir son authenticité (un cachet en plomb avec le signe de Saint-Marc). Pour la première fois, la production de dentelle est réglementée et, au début de 1700, l’atelier vénitien “Ranieri e Gabrieli” emploie environ 600 travailleurs, mais la plupart des travaux sont confiés à l’activité domestique à domicile et dans les instituts.

Il se trouve aussi qu’à la fin du XVIIIe siècle le goût de la mode change, l’Angleterre impose une mode simple, naïvement pastorale, immédiatement adoptée par la France avec la reine Marie-Antoinette et imposée dans toute l’Europe. Les jabots, les cravates, les maneghetti et les volants de dentelle disparaissent et on leur préfère les tissus, les voiles et les gazes. Quoi qu’il en soit, en 1797, avec la fin de la République vénitienne, c’est aussi la fin de la production de dentelle, qui devient une occupation essentiellement domestique. Les événements historiques internationaux, la chute de la République, et pas seulement cela, les maladies, la pellagre, la variole, le choléra, ont eu des répercussions sur les activités économiques, les métiers et les professions se sont éteints, mais la dentelle, bien que languissante, a réussi à surmonter cette phase précisément parce qu’il s’agissait d’une activité domestique, non liée à l’apprentissage, et qu’elle devait renaître plus tard. Certes, les femmes n’accordent pas d’importance à la dentelle, leur esprit et leur cœur suivent les évolutions de la vie de l’époque, avec leurs proches, maris et fils, exilés, dévoués à la grande entreprise nationale, ils attendent le bulletin de guerre, les proclamations du peuple et non la “figure de mode”.

Avec l’avènement des machines textiles, au cours de la révolution industrielle, la dentelle faite à la main a été presque totalement abandonnée, pour faire place à d’autres types de dentelles fabriquées à la machine, beaucoup moins coûteuses. L’Angleterre a produit un tulle mécanique très similaire à la dentelle faite à la main, ce qui permet de gagner du temps et de l’argent. La reine Victoria s’est mariée à la dentelle mécanique. Le produit artisanal tente de suivre le rythme du produit mécanique, en atteignant les mêmes délais d’exécution rapides, en maintenant les coûts à un niveau bas et en ressuscitant “les techniques sommaires et plus rapides de la dentelle aux fuseaux”. Le déclin de la dentelle se poursuivra jusqu’aux années 70, lorsque la naissance de la haute couture réaffirmera la qualité comme une prérogative essentielle de la distinction et de la classe.

L’hiver est très froid, et pour l’économie de Burano, basée exclusivement sur la pêche, il représente une véritable tragédie. C’est alors que, grâce à l’intérêt de la comtesse Adriana Marcello et de l’honorable Paolo Fambri, l’art de la dentelle à l’aiguille a été relancé dans le but principal d’alléger d’une certaine manière les tristes conditions économiques de la population de Burano.

Le souvenir de l’âge d’or de la dentelle de Burano a été conservé dans la mémoire d’une femme de quatre-vingts ans, Vincenza Memo, connue sous le nom de Cencia Scarpariola, et c’est elle qui en a révélé les secrets à une enseignante d’école primaire, Anna Bellorio d’Este, qui les a enseignés à son tour à ses filles et à d’autres jeunes filles.

Le “point en l’air” et le “point rose” reviennent à la mode et une école est créée, de sorte qu’au XIXe siècle, la dentelle à l’aiguille devient la principale ressource de l’île de Burano.

Grâce à l’intérêt constant de la comtesse Adriana Marcello, de nombreuses femmes nobles de l’époque, dont la princesse de Saxe-Weimar, la duchesse de Hamilton, la comtesse Bismark, la princesse Metternich, la reine de Hollande et la reine Margaret, confièrent à l’école d’importantes commandes, si bien qu’en 1875, on comptait plus de cent dentellières.

Michelangelo Jesurum et Paulo Fambri s’attaquent au problème de Pellestrina en fondant la Società per la Manifattura Veneziana dei Merletti (Société pour la fabrique de dentelle vénitienne), en consacrant 10 % des revenus annuels aux écoles professionnelles. En fait, une école est ouverte à Pellestrina et une autre à Venise, cette dernière est rapidement fermée en raison du manque d’élèves, tandis que celle de Pellestrina donne de splendides résultats. Après trois ans, il a été prouvé que l’atelier Pellestrina travaillait à égalité avec la France, mieux que Gênes et Cantù sans comparaison, mieux que la Bohême.

Michelangelo Jesurum voulait un renouveau de la dentelle, assez du “tout pareil”, il commença la production de dentelle polychrome, faite aux fuseaux, avec des fils de soie de couleurs délicates, ce qui lui valut la médaille d’or à Paris et le surnom de “Michelangelo dei Fuselli”. La dentelle aux fuseaux était également populaire dans les écoles publiques de Venise, qui comptaient en 1883 2402 dentellières (Burano non compris), dont 1300 filles de moins de 14 ans.

Il n’existe pas de statistiques officielles sur le nombre de dentellières présentes à Pellestrina à la fin du siècle, mais elles devaient être très nombreuses, si l’on en croit les déclarations figurant dans les registres de l’hôpital.

Mais la transmission de la dentelle s’est faite des plus de 80 ans aux filles, des mères aux filles, par habitude, naturellement. Il y avait à Venise plus de trois mille dentellières travaillant à la pièce.

La comtesse Adriana Marcello meurt, mais avant de mourir, elle confie à son fils, le comte Girolamo Marcello, la tâche de poursuivre son œuvre.

La production de l’école a continué à croître, date du début de la Première Guerre mondiale. Pendant quelques années, la demande de dentelle de Burano s’est ralentie, mais elle s’est vite redressée et le nombre de commandes a recommencé à augmenter, tant de la part des plus importants marchés italiens et étrangers que du gouvernement italien.

Les dentellières de Pellestrina

Pratiquement abandonnées à elles-mêmes, continuent à travailler à domicile, s’organisant en augmentant l’ancien métier de “colporteur de dentelles”. Avec l’arrivée du fascisme, méfiantes à l’égard de toute structure politique, taxées de manière onéreuse et injuste, elles se sont refermées sur elles-mêmes, reniant leur propre profession en se définissant comme “femmes au foyer”, mais elles ont continué dans leurs maisons. Lorsque la Chambre de commerce de Florence invite la municipalité de Pellestrina à la première exposition nationale de la petite industrie et de l’artisanat, Pellestrina refuse au motif qu’elle travaille occasionnellement et dans peu de familles et que les quelques emplois sont achetés par le client “Jesurum”.

Le fascisme a encouragé la production, il y a eu des expositions et des articles dans des magazines, mais la dentelle de Pellestrina s’est répétée, en regardant vers le passé. L’esprit des expériences nouvelles et excitantes de l’art moderne (Futurisme, Cubisme, Surréalisme) est absent, peut-être à cause de l’isolement réel, Pellestrina reflète le manque de guide artistique, en proposant à nouveau des modules et des styles dépassés, elle n’essaie pas d’inventer de nouveaux designs.

À Burano, en revanche, on continue à regarder l’avenir avec confiance et on espère relancer la dentelle à l’aiguille sur le marché de la mode. Pendant la Seconde Guerre mondiale et les années suivantes, l’école a connu quelques périodes fastes, contrastant avec d’autres moins prospères, jusqu’à sa fermeture définitive.

Les dames qui connaissent l’art de la dentelle à l’aiguille sont aujourd’hui très peu nombreuses et elles travaillent chez elles.

Après une intervention radicale de restauration, de rénovation, de réaménagement de l’ensemble du bâtiment et de réorganisation des collections, le Musée de la dentelle rouvre ses portes au public. Situé dans le palais historique du Podestat de Torcello, sur la Piazza Galuppi à Burano, le musée a accueilli la célèbre École de dentelle, fondée par la comtesse Andriana Marcello, est devenu un musée et a été intégré aux musées civiques vénitiens.

Grâce à l’engagement, à la compétence et au dévouement de plusieurs protagonistes de l’intérieur et de l’extérieur de la” Fondazione Musei Civici di Venezia”, il a été possible de présenter à nouveau le Musée de la Dentelle sous une forme entièrement rénovée, suite aux travaux de mise à niveau, de rénovation et de réaménagement des installations par le Service Technique de la “Fondazione Musei Civici di Venezia” et le Département PEL de la Ville de Venise.

L’intention est de valoriser l’une des plus hautes expressions de l’artisanat artistique local l’art de la dentelle si inextricablement lié aux coutumes et à l’histoire culturelle de la lagune et en particulier de l’île de Burano, et de redécouvrir un artisanat noble et ancien, presque exclusivement féminin, qui, à partir de l’union de matériaux “pauvres” (aiguille et fil) et de mains habiles, continue de créer de véritables chefs-d’œuvre.

L’aménagement fait entrer la polychromie typique de l’île à l’intérieur du musée et, grâce à l’utilisation de vitrines innovantes, spécialement conçues et réalisées pour l’occasion, le public se voit offrir un aperçu complet de l’histoire historique et artistique de la dentelle vénitienne et lagunaire, des origines à vos jours.

L’exposition, organisée par Doretta Davanzo Poli à l’occasion de l’inauguration, présente plus de cent cinquante exemples de dentelle sélectionnés parmi les plus importants des collections des musées civiques vénitiens, ainsi que des peintures du XVe au XXe siècle, des gravures, des dessins, des documents, des revues, des textiles et des costumes.

Pendant les heures d’ouverture du musée, il sera possible de voir à l’œuvre les habiles et infatigables dentellières, aujourd’hui encore dépositaires d’un art transmis de génération en génération, tandis qu’à l’occasion de la prochaine rentrée scolaire, les activités éducatives reprendront, avec des ateliers et des initiatives destinés aux écoliers et aux familles.